Détermination de l'efficacité de composés anti-infectieux

L’antibiorésistance est le phénomène qui consiste, pour une bactérie, à devenir résistante aux antibiotiques, rendant ces molécules inefficaces contre une infection bactérienne. Ce phénomène de défense des bactéries fait appel à des modifications génétiques qui conduisent à divers mécanismes tels que la production d’enzymes inhibant la molécule, l’imperméabilisation de la membrane bactérienne, la production de systèmes d’efflux ou encore la modification de la cible de l’antibiotique. Cette antibiorésistance peut être naturelle ou acquise. 

La résistance aux antibiotiques constitue un phénomène naturel dans le monde bactérien, mais le mauvais usage de ces médicaments en médecine humaine et vétérinaire a fortement accéléré le processus et contribué à la survenue de bactéries multirésistantes et hautement résistantes. L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces pesant sur la santé humaine et animale mondiale, la sécurité alimentaire et l’environnement.

L’objectif global est par conséquent de limiter l’expansion de la résistance des bactéries, afin de laisser du temps aux industries de déployer de nouvelles stratégies thérapeutiques. Ces solutions reposent sur la modification des antibiotiques existants, sur le développement de nouveaux composés, sur l’emploi de bactériophages ou sur d’autres stratégies complémentaires à l’antibiothérapie.

Notre offre

Smaltis vous accompagne dans l’évaluation des propriétés antimicrobiennes de vos composés en développement, dont le mécanisme d’action et la structure ont été établis. Des tests standards ou développés à façon sont proposés pour déterminer le spectre d’action de candidats antibiotiques, de peptides anti-microbiens, de phages, et de tout composé à visée antibactérienne.

De plus, Smaltis vous accompagne dans la détermination de la sensibilité de souches bactériennes (telles que des probiotiques) aux antibiotiques.

Efficacité antimicrobienne et sensibilité aux antimicrobiens

Smaltis vous propose des prestations de caractérisation selon les recommandations du CLSI (Clinical & Laboratory Standards Institute), du CA-SFM/EUCAST (Comité de l’Antibiogramme de la Société Française de Microbiologie/European Committee on Antimicrobial Susceptibility Testing), ou de l’EFSA (European Food Safety Authority).

Ces tests peuvent être réalisés en aérobie ou en anaérobie.

  • Antibiogrammes
  • Concentration Minimale Inhibitrice (CMI, CMI50, CMI90). Selon le mode d’action du composé, la détermination de la CMI à différents pH peut s’avérer intéressante, car cela permet d’analyser l’efficacité de la molécule dans des conditions de pH intracellulaires.
  • Concentration Minimale Bactéricide (CMB)
  • Concentration Inhibitrice Fractionnée (FIC) – permettant d’identifier des synergies ou antagonismes d’efficacité entre plusieurs molécules anti-infectieuses
    (dilution en milieux liquides Broth ou gélosés agar)
  • Effet antimicrobien dans des modèles d’infections cellulaires
    lignée T84 (cellules intestinales), A549 & NCI-H820 (cellules pulmonaires), J774A.1 (macrophages)
  • Courbes de bactéricidie
  • Co-cultures pour la détermination de l’impact d’une souche sur l’inhibition de la croissance d’une bactérie pathogène
  • Probiogrammes

Accompagnement du développement des bactériophages

Les bactériophages, ou phages, sont des virus qui n’infectent que les bactéries. Comme les phages lytiques détruisent les bactéries, ils peuvent être utilisés pour lutter contre les infections bactériennes : c’est le principe de la phagothérapie. Les phages ont pour avantage d’être spécifiques d’une bactérie, chaque virus n’infectant qu’un sous-groupe donné au sein d’une espèce bactérienne.

La phagothérapie est toujours pratiquée dans certains pays de l’ancien bloc soviétique et regagne l’attention des chercheurs du monde entier suite au problème de l’antibiorésistance. Le recours et le retour à la phagothérapie semble l’une des voies les plus avérées, prometteuses et durables pour lutter contre ce phénomène de résistance. Aujourd’hui, des réflexions sont en cours en Europe pour définir un cadre réglementaire spécifique à la phagothérapie et pour mener des études cliniques et des projets de recherche fondamentale sur la biologie des phages et leurs effets sur l’organisme et l’écosystème.

Smaltis accompagne les acteurs du développement de bactériophages, en proposant des services permettant de les caractériser et d’évaluer leurs effets :

  • Screening par Spot Phage Assay
  • Titration de suspensions par Phage Plaque Assay
  • Recherche de phages lytiques et lysogéniques
  • Identification de phages par séquençage
  • Partenariat pour la visualisation et la quantification de particules phagiques en microscopie électronique

Exemple de réalisation

EVALUATION DE L’ACTIVITÉ ANTIMICROBIENNE DE PRODUITS CONTENANT DES LIPACIDES

L’objectif de cette étude était de comparer l’activité bactéricide in vitro de produits d’hygiène auriculaire contenant des lipacides, avec un produit de référence, sur 9 agents pathogènes isolés d’otites de chiens : Malassezia pachydermatis, Pseudomonas aeruginosa et Staphylococcus pseudintermedius.

Des courbes de bactéricidie ont été réalisées durant 32 minutes avec 6 points de mesure, sur 3 souches de chaque espèce pathogène, exposées aux produits purs et dilués. Pour chaque souche, un contrôle de viabilité a été effectué en parallèle.

Les résultats des dénombrements ont permis de conclure sur l’activité antiseptique des produits par rapport au produit de référence tant au niveau de leur cinétique bactéricide que de leur spectre d’activité puis de les classer en fonction de leur efficacité et de leur rapidité d’action.

Evolution du Log10 CFU/mL de la souche Pseudomonas aeruginosa N° XX dans le temps, dans les produits dilués.