makes microbiology easier

Evaluation de la toxicité des antimicrobiens

Détermination de la cytotoxicité induite par des composés anti-infectieux

L’antibiorésistance est le phénomène qui consiste, pour une bactérie, à devenir résistante aux antibiotiques, rendant ces molécules inefficaces contre une infection bactérienne. 

La résistance aux antibiotiques constitue un phénomène naturel dans le monde bactérien, mais le mauvais usage de ces médicaments en médecine humaine et vétérinaire a fortement accéléré le processus. L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces pesant sur la santé mondiale, la sécurité alimentaire et l’environnement. L’objectif global est par conséquent de limiter l’expansion de l’antibiorésistance, afin de laisser du temps aux industries de déployer de nouvelles stratégies thérapeutiques. Ces solutions reposent sur la modification des antibiotiques existants, sur le développement de nouveaux composés, sur l’emploi de bactériophages ou sur d’autres stratégies complémentaires.

Le développement de nouveaux composés anti-microbiens implique d’évaluer en amont leur toxicité vis-à-vis de différentes lignées cellulaires.

Notre offre

Smaltis accompagne le développement de candidats anti-microbiens au niveau de l’évaluation in vitro de la cytotoxicité induite par ces composés, que ce soit des candidats antibiotiques, des peptides anti-microbiens, des phages, ou tout autre composé.

Plusieurs types de déterminations de toxicité peuvent être conduits, sur différentes lignées cellulaires, selon la cible du produit.

Ces analyses permettent d’obtenir une première idée de la toxicité induite par le candidat en développement, et de la concentration maximale à ne pas dépasser. 

Evaluation de la toxicité induite sur différentes lignées cellulaires eucaryotes

L’évaluation de la cytotoxicité peut se faire via la mesure du relargage de la lactate déshydrogénase (LDH) dans le milieu, ou via l’évaluation du clivage du MTT.
Ces analyses permettent de quantifier la mort cellulaire et d’obtenir des valeurs de CL50 (Concentration Létale 50) ou de CE50 (Concentration Efficace médiane), soit l’information sur la concentration en composé capable de tuer 50% des cellules eucaryotes.

Evaluation du pouvoir hémolytique

La détermination de la capacité d’un composé à lyser les globules rouges se fait par la technique de Red Blood Cell Lysis. Cette analyse repose sur la mesure par spectrophotométrie de l’hémoglobine relarguée par les globules rouges, en présence de la molécule testée. Des globules rouges de différentes origines peuvent être utilisés (humain, mouton, souris…). Cette détermination peut se faire en end-point, c’est-à-dire avec une mesure à un temps défini, ou en cinétique, permettant d’effectuer des mesures à différents temps.

Exemple de réalisation

Détermination de la cytotoxicité induite par la souche de P. aeruginosa PAO1 et de son mutant SM46 délété de gènes de virulence.

Mesure de la quantité de LDH relarguée dans le milieu par les macrophages.